Mines d'uranium : Ecarpière (Loire-Atlantique)

    .

    Les videos amateur ci-dessous ont été tournées par la CRIIRAD (B. Chareyron - Responsable laboratoire CRIIRAD) et une équipe de l’association « Moine et Sèvre pour l’Avenir », le 24 septembre 2007, dans l’environnement de l’ancienne mine d’uranium de l’Ecarpière (Loire-Atlantique). Elles mettent en évidence que le niveau de rayonnement gamma ambiant est anormalement élevé dans l’environnement de l’ancien site minier uranifère soi-disant réaménagé.
    Cette situation, dénoncée par la CRIIRAD depuis le début des années 90, doit être corrigée.
    Ce type de dysfonctionnement est dû au fait que l’ancien exploitant (AREVA) et l’administration (DRIRE) n’effectuent pas de mesures correctes de l’impact radiologique.
    2 appareils différents ont été utilisés sur ces vidéos - un compteur geiger RADEX et un scintillomètre DG5 – qui prouvent respectivement que le niveau de radiation est élevé sur le parking filmé et ses abords, alors que le capteur officiel est situé à quelques dizaines de mètres en un site qui ne présente pas d’anomalie radiamétrique.

    > Vidéo 1 : mesures à l'aide d'un scintillomètre DG5

     

    > Vidéo 2 : mesures à l'aide d'un compteur Geiger RADEX

     

     

www.criirad.org