Spinthariscope

J’ai trouvé au cours d’un rangement d’un  appartement un spinthariscope. J’ai manipulé cet objet sans en connaitre la nature et ai en particulier retiré la lentille, sans protection particulière.

J’ai entrepris de mesurer le niveau de la radioactivité avec le  Radex RD1503,  il indiquait un niveau de 0,77 µSv/h. Compte tenu de ces éléments, cet objet présente-t-il un danger quelconque ?

 

Cet objet a été inventé en 1903 par le scientifique Crookes. L’objectif était de visualiser les impacts des rayonnements émis par un élément radioactif (en l’occurrence du radium 226), en utilisant du sulfure de zinc, qui sous l’action de rayonnements de haute énergie émet de la lumière (phénomène de radio luminescence). Cet objet est donc radioactif comme le confirme votre test avec un compteur Geiger.  Le radium 226 émet des rayonnements alpha et gamma et donne en plus naissance à plusieurs descendants radioactifs émetteurs de rayonnements α, β et γ.

Aujourd’hui, le spinthariscope est encore fabriqué et commercialisé mais avec une source d’américium 241 ou d’uranium. http://www.periodictable.com/Elements/SpinthariscopesGroup/index.html

Schématiquement, le premier risque est lié à l’irradiation, notamment de la peau  et de l’œil puisque l’on doit regarder au travers de l’objectif pour observer les scintillations. Compte tenu du résultat du contrôle effectué avec votre Radex, le risque est relativement faible et facile à gérer (rester à distance, limiter le temps d’exposition). Le deuxième est la contamination : si l’objet est endommagé, les sels de radium peuvent se disperser et les personnes qui manipulent l’objet sans précaution peuvent se contaminer (notamment dépôts sur les doigts et risque d’ingestion).  Sans précision sur l’activité de la source et l’état de l’objet, il est difficile de l’évaluer.

Comment l’éliminer ?

Si l’objet est ancien, il est à base de radium et dans ce cas l’ANDRA  doit normalement le récupérer dans le cadre de sa mission de service public.
http://www.andra.fr/producteurs/download/site-principal/document/objets_radioactifs.pdf

Par contre, si l’objet est récent, il ne sera probablement pas pris en charge gratuitement par l’ANDRA,  qui demandera une participation financière.

RD le 26/11/18