Le Trait d'union

N° 25/26 (Janv./Fév./Mars/Avril/Mai/Juin 2003)
Numéro double - 3 euros

Dossiers : Bélarus
Compte rendu de mission

En avril dernier, deux représentants de la CRIIRAD se sont rendus au Bélarus, pays le plus touché par la catastrophe de Tchernobyl. Les premiers jalons de ce projet avaient été posés en janvier, lors de la venue en France de Galina, l'épouse du professeur Bandajevsky. Il s'agissait de recueillir les témoignages de ceux qui subissent toujours l'impact de la catastrophe et de ceux qui se battent pour rechercher la vérité et apporter leur aide aux victimes. L'appui de l'institut Belrad et de son directeur, Vassili Nesterenko, a été déterminant pour la réussite de la mission, sa richesse scientifique et humaine.

Mobilisation pour la libération du Pr. Youri Bandazhevsky
La mobilisation internationale commence à porter ses fruits et plusieurs éléments nous portent à l'optimisme.
Pour l'instant, cependant, rien n'est acquis.
Ce ne serait pas la première fois que le pouvoir biélorusse tente de briser la résistance
du professeur en lui donnant de faux espoirs.
Dernière minute : l'état de santé du professeur Bandazhevsky est alarmant
Le lundi 8 septembre, lorsque Galina s'est présentée à la prison dans le cadre du droit de visite réglementaire de 3 jours , le contexte portait plutôt à l'optimisme. Malheureusement, dans la nuit du lundi au mardi, Youri a été pris d'un malaise qui fait craindre une crise cardiaque. La gravité de son état exige une hospitalisation d'urgence dans un établissement où un cardiologue pourra suivre son état et procéder à tous les examens nécessaires. Galina a aussitôt adressé une demande en ce sens au président Loukachenko avec copie au directeur du Comité d'exécution des peines.
La CRIIRAD a relayé cette demande auprès du président Loukachenko par l'intermédiaire de l'ambassadeur du Bélarus, en insistant également pour que la demande de libération présentée par e professeur Bandazhevsky soit examinée d'urgence et dans un sens favorable. Nous avons également renouvelées nos démarches auprès de la chambre des représentants biélorusses et des autorités françaises.

Solidarité des élèves de Drôme et Ardèche en faveur des enfants du Bélarus
En 2002, la CRIIRAD a lancé un appel à la solidarité afin de recueillir des fonds destinés à financer les cures de pectine de pomme nécessaires à la décontamination des 2670 enfants des communes biélorusses de Valavsk et de Tchetchersk. Le point après plus d'une année écoulée.

Dossiers : Sang contaminé
La faillite judiciaire

L'arrêt rendu le 18 juin 2003 par la Cour de cassation confirme le non-lieu général prononcé le 4 juillet 2002 par la Cour d'appel de Paris : aucune infraction d'aucune sorte ne peut être retenue à l'encontre d'aucun des 30 hauts responsables et médecins spécialisés mis en examen dans l'affaire du sang contaminé.
L'impunité paraissant désormais garantie dans les dossiers de santé publique, les commentaires pessimistes se sont multipliés.
Le non-lieu du sang contaminé plane désormais sur de nombreux dossiers : la maladie de la vache folle, les retombées de Tchernobyl, les contaminations à l'uranium appauvri, les pollutions chimiques (rejets des incinérateurs, nitrates, Métaleurop...)... et peut-être demain l'incidence de la consommation d'OGM ou d'aliments irradiés, les effets de l'exposition aux rayonnements électromagnétiques ou à certaines vaccinations...
Etant donné l'importance de ce dossier et de ses implications, il nous a paru nécessaire d'y consacrer un article de fond.


Dossiers : Le Blayais (Etude critique de l'évaluation de l'impact du Centre Nucléaire de Production d'Electricité du Blayais - Gironde)
L'impact des rejets est-il correctement évalué ?

La Commission Locale d'Information (CLI) auprès du Centre Nucléaire de Production d'Electricité (CNPE) du Blayais a décidé de confier à la CRIIRAD une étude critique de l'évaluation de l'impact radiologique et radioécologique du CNPE du Blayais sur son environnement proche.
Cette étude a été proposée par des associations extérieures à la CLI (Tchernoblaye, Stop Golfech et l'antenne locale du Réseau Sortir du Nucléaire).

Objectifs
Le laboratoire de la CRIIRAD a estimé qu'une étude de terrain comportant des analyses sur échantillons prélevés dans l'environnement du CNPE avait peu de chances d'être pertinente à moins de mettre en oeuvre un programme d'échantillonnage très ambitieux et donc très coûteux. Il a donc proposé de réaliser une étude préliminaire visant à déterminer si la connaissance des rejets radioactifs de la centrale du Blayais et de leur impact était satisfaisante.